L’Effet Domino : le média indépendant, positif et inspirant

Histoire de la migration nuptiale du crapaud : comment il nous renseigne sur l'état du milieu aquatique et du milieu terrestre

« Quand les crapauds chantent, le beau temps s’avance » Dicton français…

… et justement, pourquoi ne les entend-on presque plus ?!

Pourquoi parler des crapauds en pleine pandémie ? Parce que justement, si on avait écouté et pris soin des amphibiens et de notre faune sauvage, on n’en serait peut-être pas arrivé là ! Je sais, ça parait fou. Les batraciens, en plus d’être extraordinaires, nous renseignent sur l’état de nos milieux aquatiques ET de nos milieux terrestres. Si nous avions pris plus de temps à réfléchir à notre développement d’humain, tout en considérant la place de ces « petites bestioles » dans nos écosystèmes, on aurait pu prendre conscience que l’homme et l’animal doivent vivre ensemble. L’un ne peut pas dominer l’autre. Nous devons pouvoir vivre côte à côte.

Et pour commencer la semaine, je vous invite à partir en reportage avec Romain Espeisse, Délégué départemental de l’ASPAS Eure-et-Loir, qui nous fait vivre cette incroyable migration nuptiale des crapauds. Un périple qui s’avère la plupart du temps dangereux puisqu’ils quittent leur lieu d’hivernation pour aller se reproduire …  Romain nous présentera également les façons positives d’agir envers les crapauds ! Pour en apprendre plus : cliquez ici.

Lorsqu’une marre subit une eutrophisation* (trop d’algues, trop de plantes dans un milieu naturel qui empêchent les rayons du soleil de passer, l’eau est appauvrie en oxygène (hypoxie) les êtres vivants meurent alors), c’est tout un écosystème qui disparaît. La population de crapauds ne peut plus se reproduire, les prédateurs de ces derniers n’ont plus de nourriture, ils sont alors contraints de se rapprocher des zones habitées par les humains.

Certes, comme nous les humains, les animaux ont des agents pathogènes qui vivent en eux. On a tous des microbes. Mais c’est la transmission des microbes propres à l’animal vers l’homme qui nous est fatale aujourd’hui.

Comment en est-on arrivé là ?

  • La déforestation

    a notamment engendré des maladies transmissent par les moustiques* porteur du paludisme (Katarina Zimmer, « Deforestation tied to changes in disease dynamics », The Scientist, New York, 29 janvier 2019). Les agents pathogènes humains sont deux fois plus nombreux dans les zones déboisées que dans les forêts restées intactes. Ou encore l’exemple des oiseaux migrateurs => perte des habitats, intervention de l’homme par la chasse qui déstabilise l’écosystème.

  • L’urbanisation

    en réduisant les habitats, nous avons poussé les animaux à chercher leur nourriture proche de l’homme (contact). On fait disparaître une quantité d’espèces qui avaient leurs places dans la chaîne alimentaire, comme par exemple l’opossum (petit marsupial carnivore de moustiques et notamment de tiques).

  • L’industrialisation effrénée

    Pour assouvir son appétit carnivore, l’homme a rasé une surface équivalant à celle du continent africain afin de nourrir et d’élever des animaux destinés à l’abattage* (George Monbiot, « There’s population crisis all right. But probably not the one you think », The Guardian, 19 novembre 2015).  L’élevage industriel, qui maintient dans des espaces confinés des animaux, engendre la multiplication aisée de microbes qui se mutent en agents pathogènes mortels, à titre d’exemple, la grippe aviaire.

Alors évidement, l’homme est à incriminer et non pas l’animal sauvage à l’origine de ce coronavirus (Covid-19). Et en même temps, en étant tous responsables, on peut donc tous prendre nos responsabilités et faire notre part à la façon du colibri de Pierre Rabhi.

Cliquer ici pour avoir accès à l’interview passionnante « grand format » de Françoise Serre-Collet, LA spécialiste en France des reptiles et des amphibiens.

Quoi faire ?

- Participation à la construction de crapauducs et aux ramassages des crapauds,

- Créer un petit bassin dans son jardin et ne pas intervenir en y ajoutant des poissons,

- Soutenir les associations de terrain.

Et les solutions sont accessibles à tous !

Romain Espeisse et Françoise Serre-Collet nous expliquent tous deux l’importance de prendre soin des habitats sauvages. Il est possible d’inverser la tendance. Comme le dit si justement Romain Espeisse, naturaliste, « Je pense que dans quelques années, on aura une autre vision de tous ces animaux et ils seront protégés et chéris plutôt que persécutés ». La nature et la vie animale doivent être érigées en valeurs prioritaires.

Pauline Rouillé

  

Remerciements :  A Romain, pour m’avoir alarmée avec bienveillance sur la nécessité de communiquer sur ce sujet, de m’avoir invitée à aller sur le terrain et pour sa passion contagieuse des animaux sauvages. A Mya, pour son engagement à trouver les plus beaux spécimens en reproduction ! A Françoise, pour m’avoir consacré son temps au Muséum National d’Histoire Naturel afin de réhabiliter « ces bestioles extraordinaires » comme elle les appelle, et ainsi de les considérer comme des animaux dont on doit prendre soin pour leur donner toute la place qui devrait être la leur.

Pour aller plus loin à propos des amphibiens : les ouvrages de Françoise Serre-Collet

« Sur la piste des reptiles et des amphibiens - Serpents, grenouilles, lézards... : Serpents, grenouilles, lézards..., sachez les reconnaître », 2013 (publiés en partenariat avec le Muséum national d'histoire naturelle)

« Grenouilles, crapauds & Cie : Parlez-moi d'anoures... », 2017

« Salamandres, tritons & Cie », 2019

Sources : « D’où viennent les coronavirus ? Contre les pandémies, l’écologie », par Sonia Shah, Le Monde diplomatique _ Mars 2020, "J'aime les amphibiens !" document ASPAS

Retrouvez la ou les personnes interviewées

Les derniers articles

La dernière vidéo

Suivez-nous sur Instagram

l_effet_domino
L'Effet Domino
Le site d’information couvrant des thématiques telles que la faune, la flore, la pleine conscience et les sujets de société.
Copyright 2020 L'Effet Domino
 Conception par PIKO PIKO
searchenvelope-ocloseellipsis-vchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram